Bento 31 juillet 2012

Publié le par imaginer

31 juillet 2012• Chorizo frais, poché dans de l'eau bouillante, et cuit avec des oignons et de l'huile d'olive, puis ajout de paprika fumé

• Légumes sautés au wok, sans gras (mini-carottes, petits pois, haricots coco plats, navets)

• Melon

 

On a mangé de ce plat hier soir, c'est une idée de Chéri et c'est délicieux. Trop trop bon même. Je n'en ai mangé qu'à ma faim, soit trois cuillères à soupe, à peu près ce qu'il y a dans le bento pour ce midi, mais qu'est-ce que je me suis régalée. Je me suis limitée à ces trois cuillères, pour garder un peu de faim pour pouvoir manger autre chose.

 

Les exercices AZ, pour la faim prévisionnelle, la satiété, prennent là toute leur signification. Pour le moment ça me demande encore de la concentration, j'espère que tout cela deviendra automatique et naturel plus tard.

 

J'ai pris ensuite une tranche de pain complet avec quelques copeaux de comté, et du melon. Ensuite, pour le plaisir, un biscuit, juste un, j'ai réussi à me poser LES questions, et oui, j'avais pris mon plaisir avec ce biscuit, et non, je n'avais plus faim.

 

En me couchant deux heures plus tard, j'avais un très léger creux, mais je me suis endormie. Je me sens mieux en mangeant léger, en sachant m'arrêter juste avant de me sentir lourde. Pourvu que ça dure........ Réussir à manger pour le plaisir, et savoir m'arrêter quand le plaisir est moindre, que j'ai suffisamment eu........ Je sais que c'est ça le plus difficile. Sans compter quand les émotions viennent s'y mêler et qu'il faut les évacuer autrement qu'en mangeant.

 

Mais bon, un jour après l'autre........

31 juillet 2012

Publié dans Bentos

Commenter cet article

Cicciotella 01/08/2012 14:54


Bravo pour ce travail en conscience sur tes sensations alimentaires ! J'y arrive aussi, mais une fois sur cinq. Ce n'est pas assez !

imaginer 02/08/2012 09:03



Une fois sur cinq c'est un bon début.


Au tout départ, j'oubliais tout le temps de prendre le temps de déguster, je mangeais trop vite et n'avais pas le temps de réaliser si j'avais encore faim, que déjà je m'étais servi une nouvelle
assiette. Sans me rendre compte qu'en effet au bout d'un moment, le laisir des premières bouchées est amoindri.


 


Tu sais, ça m'arrive encore d'oublier. Je sera long avant que ça devienne un automatisme. Mais on en est conscientes, et ça déjà, c'est énorme !