Perdre une amie

Publié le par imaginer

Des amies, je n'en ai pas beaucoup. Des copines, des relations, oui, mais des amies, je les compte sur les doigts d'une main, pile cinq.

Je crois que je viens de perdre l'une d'elles. Je la connais depuis 25 ans que je suis arrivée à Paris, nous avons tout partagé, tout traversé, elle sait (presque) tout de moi, et réciproquement.

Elle a été l'une de mes témoins à notre mariage

Quand j'ai connu Chéri, et qu'elle a vu que ça devenait sérieux, que notre histoire durait, elle a eu quelques remarques acides sur le fait que la vie de couple ralentissait les relations amicales.

Oui c'est vrai, je le lui ai dit, surtout les premières années j'étais dans une bulle avec Chéri. Puis petit à petit les relations sont redevenues plus fréquentes. Ce phénomène, j'y ai assisté à chaque fois que l'une de mes amies s'est mise en couple, a eu un bébé, le cours normal de la vie.

Elle m'a dit à maintes fois que j'avais beaucoup de chance d'avoir un homme tel que Chéri. Ca je le sais !!! Mais peut-être bien que c'est réciproque, que Chéri a aussi de la chance de m'avoir...

Nous nous voyons, soit avec Chéri, soit sans lui. le plus souvent sans lui, car son côté acide dérange un peu Chéri. Moi j'en ai toujours fait abstraction, car je l'aime, et je pensais que ses réflexions étaient faites parce qu'elle m'aime aussi.

Elle a subi de douloureuses épreuves, j'ai été là, comme elle a été là pendant les périodes où je n'allais pas bien, avant de connaître Chéri.

Bref, une amie quoi, comme nous en avons tous.

Je l'ai vue vendredi. Nous ne nous étions pas vues depuis décembre, je me suis laissée emporter dans le tourbillon du travail, ne lui envoyant que quelques SMS par-ci par-là.

Pour le Nouvel An, j'envoie toujours des cartes, à tous ceux que j'aime. Mais pas cette année, je l'ai même écrit ici, le coeur n'y était pas, alors je ne l'ai pas fait. J'ai appelé tous ceux à qui d'habitude j'écris, ou envoyé un SMS.

Elle, m'a envoyé une carte. Quand elle a reçu mon SMS elle m'a dit que j'étais pénible pour ma famille, pour Chéri, pour mes amies à ne plus être dispo..... Bon....

Vendredi, elle me l'a redit. En ajoutant que j'avais une tête tellement fatiguée que je ne dois guère séduire mon mari. J'ai tiqué..... elle a ajouté que j'avais grossi.... Ben non.....

Puis elle m'a achevée en disant qu'à négliger ainsi tout le monde, ce n'est pas compliqué, dans six mois, je fais un burn-out et mon mari me quitte. Ah oui, elle m'a aussi reproché d'être fière de mon frère et de partager les publications de son athlète sur Facebook alors que je n'ai soi-disant pas le temps de la voir.

Merci.....

Je n'ai pas dormi la nuit de vendredi à samedi.....

Oui j'ai beaucoup beaucoup beaucoup moins de temps libre depuis quelques mois, et justement ce temps libre, c'est avec Chéri que j'ai envie de le passer.

Elle connaît pourtant ma relation avec Chéri, sait que je l'ai soutenu envers et contre tout quand il a eu ses problèmes de boulot, de dépression. "Mais m'a-t'elle rétorqué, les hommes ne sont pas comme les femmes, si tu crois qu'il va te soutenir". Ah ben oui, je le crois.....

Chéri, c'est Chéri......  Et il est exceptionnel. Et il m'aime. S'il y a une seule chose dont je suis sûre dans la vie, c'est de la solidité de notre amour. Et il me soutient totalement en ce moment, nous en avons longuement parlé, en 2015, je me consacre à m'intégrer à la Firme.

Et si cela ne me convient pas, ne convient pas à notre couple, je chercherai autre chose.

Je déteste avoir à me justifier. Je n'interviens jamais dans les histoires de couples, je sais à quel point c'est intime, j'écoute ce que l'on me confie, je réponds quand on me demande mon avis, mais jamais je ne voudrais faire du mal à une amie en parlant de son couple...

Depuis 2010 où justement Chéri a été licencié et l'a si mal vécu, j'ai vu l'attitude des gens autour de nous, et je ne me laisse plus marcher sur les pieds. Et celui ou celle qui se risquera à critiquer Chéri devant moi, ou à dire que notre couple est en danger, n'aura pas l'occasion de me le dire deux fois.

Ceux qui me connaissent "en vrai", qui connaissent Chéri savent que nous fonctionnons d'une façon qui n'appartient qu'à nous, et que lui comme moi n'avons jamais été aussi bien dans notre peau que depuis que nous nous connaissons.

Nous sommes deux écorchés vifs, deux êtres à fleur de peau ayant vécu des choses pas très belles avant de nous connaître. Le jour où nous nous sommes rencontrés comme je l'ai raconté ici, nous sommes devenus complets.

Alors ce que m'a dit cette amie (pas celle avec qui j'étais quand je l'ai rencontré, qui fut mon deuxième témoin à notre mariage) m'a profondément blessée.

Malgré mon surcroît de travail, je suis plus attentive à mes parents, je trouve mon père fragile à l'aube de ses 80 ans, alors nous allons passer un week-end chez eux tous les deux mois, au lieu de tous les quatre mois habituellement. Bien sûr je suis heureuse pour mon frère qui est reconnu dans son métier et qui, surtout, a surmonté ses problèmes de santé sans rien lâcher.

Bien sûr je vois un peu moins mes amies, mais dès que je peux poser une journée de RTT, je les vois. Je les vois aussi le vendredi soir dès que nos emplois du temps respectifs le permettent.

Et qui peut se permettre d'intervenir dans ma vie et de commenter et critiquer mes choix ? Personne ! Enfin si, tout le monde à partir du moment où je m'interroge, pose des questions, demande un avis, un conseil, mais en ce qui concerne mon couple, je n'en demande pas ! Et puis il y a la façon de le dire. J'entends bien quand on me dit que je me laisse entraîner dans un système que je ne maîtrise pas, je le sais d'ailleurs, je suis lucide, mais par pitié, qu'on me le dise sans me couler davantage que je ne le suis...

Et Chéri, peut-être qu'il le dit pour me faire plaisir justement parce qu'en ce moment j'ai en effet une tête fatiguée, mais il se passe rarement un jour sans qu'il me dise que je suis belle et désirable. Que je suis la seule avec qui il peut imaginer vivre indéfiniment. Et il est le seul dans les bras de qui j'ai envie d'être....

Alors je suis triste, je suis en colère, j'y ai pensé tout le week-enk, ce que j'ai répondu sur le coup à mon amie me parait peu représentatif de ce que j'ai ressenti...

Voilà, c'est écrit, c'est posé, je vais passer à autre chose, je ne vais pas perdre davantage de temps à me justifier auprès de cette amie..... Là du coup c'est vous qui prenez, je sais qu'elle ne lit pas mon blog, c'est pour cela que je ne veux pas qu'il soit mis en avant, que je refuse toute pub ou tout référencement, soit connu des gens que je connais (ou très peu), je veux pouvoir continuer à dire ce qui me passe par la tête, même si mes coups de colère ne sont jamais bien longs, pas plus que mes coups de blues.

Du coup je n'ai pas fait de bento... Comme si cela avait un rapport me direz-vous..... Non... quoique....

Allez, bon lundi, plein de douceur et de sourires.

 

Publié dans De tout et de rien

Commenter cet article

edith 24/02/2015 20:13

Je rejoins HB et qui sait peut être s'excusera t'elle?
Je penserai à toi, je retourne au pays mardi pour quelques jours.

heure-bleue 24/02/2015 19:52

Elle est en couple ton amie ? Sinon, elle vient de te faire une belle crise de jalousie, c'est humain...

Cicciotella 23/02/2015 17:50

"Me faire ça à moi, moi qui suis ton ami, et qui te l'ai prouvé puisqu'une fois au moins, je t'ai déçu moi-même." (Pierre Desproges)

Sauf que dans l'anecdote de Desproges, il ne s'agissait que d'une maladresse. Dans ce que tu me racontes, il y a ce qu'on appelle, dans les histoires de couple, incompatibilité. Ça doit exister en amitié aussi.

Peut-être que pour cette personne, l'amitié doit signifier stricte égalité, proximité régulière et approfondie et qu'elle n'a pas supporté de passer au second plan ; et elle s'est imaginé que tout le monde, notamment Chéri, devait partager son ressenti.

Je me garde des personnes jalouses, parce que je souffre beaucoup de voir qu'elles m'"aiment" plus dans l'adversité que dans le bonheur. Je suis déjà obligée d'en supporter beaucoup comme ça dans ma famille, alors dans mon cercle amical, quand je vois que je suis obligée de brider ma joie ou de cacher les rares coups de chance qui m'échoient pour ne pas défriser, ça pose question !

Quant à ton physique, je te le dis tout net, et pas pour te complaire : tu es superbe ! que ta fatigue se ressente parfois, c'est normal, mais c'est la fatigue d'une vie bien remplie et accomplie, et elle ne te fait rien de mal.

Gros bisous !

mllelili 23/02/2015 15:44

En te lisant je me suis dit que ton amie souffrait peut être de ne plus te voir, ou qu'elle avait des soucis mais qu'au lieu de les exprimer, peut être pour elle se montrer en position de faiblesse en avouant que tu lui manques, elle devient agressive (je ne lui cherche pas d'excuses et je trouve choquant ses propos )...Les histoires d'amitié sont parfois compliquées j'ai l'impression qu'on est parfois plus exigeant en amitié qu'en amour amour finalement. Je comprends que tu aies été perturbée, et que ce soit douloureux, c'est peut être la fin de cette amitié, peut être pas, on ne sait pas ce que réserve l'avenir, peut être te fera t elle des excuses dans quelques temps et se repentira sincèrement..

""qui cesse d'être un ami ne l'a jamais été"
Je ne partage pas cette idée, je crois que parfois les gens nous accompagnent sur un bout de chemin puis la relation a apporté tout ce qu'elle devait apporter et on se perd,se quitte, ça n'enlève rien à ce qui a été partagé.

Je t'embrasse en tout cas

nadoche 23/02/2015 14:25

"qui cesse d'être un ami ne l'a jamais été"...
j'ai pensé ceci quand j'ai perdu une amie d'enfance et que je ne savais pas pourquoi -la vie nous séparait c'est tout- j'avais mal
mais plusieurs années après je l'ai retrouvée, nous avions changé, j'ai mûri, et maintenant nous reprenons -non- nous continuons notre relation, j'en attends moins et chacune accepte l'autre comme elle est, ça moi je l'apprends et ce qui m'aide c'est apprendre à m'aimer...
désolée je ne parle que de moi mais ça me fait du bien
ma 1ère phrase te parlera peut-être ;-( car cette amie est plutôt envieuse et ses propos sont méchants
je sais que tu es bien armée en estime de soi et bien entourée donc ça va le faire
biiiiiises

V. 23/02/2015 13:51

C'est difficile ça, comme le dit Karin, c'est comme un amour perdu. Et tu as raison de vider ton sac ici.

Quand tu dis qu'avec Chéri vous fonctionnez d'une manière particulière... je crois que c'est propre à tous les couples, à toutes les familles même.
Je vais faire un rapprochement un peu nul, par exemple l'éducation donnée aux enfants, c'est un peu comme le fonctionnement d'un couple. C'est délicat de donner son avis, de critiquer et pourtant beaucoup ne se gênent pas.
Je sais que ce sont les 2 cas de figure où je ne donne pas mon avis quand on me le demande. C'est trop intime. Et pourtant je suis encline à donner mon avis même quand on me le demande pas.

Pas facile de tourner la page. En tout cas tu sais où sont tes priorités et c'est déjà beaucoup.

imaginer 23/02/2015 14:32

Oui, aucun couple ne ressemble à un autre. Et c'est pénible d'entendre les gens juger dès qu'ils estiment qu'on sort de ce que la société attend d'un couple, d'une famille.
N'ayant pas d'enfants, jamais je ne dis un mot à quiconque sur sa façon de faire. Et je me souviens de cette phrase que m'a dite mon père un jour qu'on discutait de cela justement, des gens aux jugements trop prompts, il m'a dit, tu sais, avec les enfants, on fait ce qu'on peut, pas toujours ce qu'on veut. La seule chose essentielle est de les aimer inconditionnellement.
J'ai des buts, des envies, je vais essayer de les mettre en oeuvre.
Et tant pis si cela agace celles à qui j'ai servi de faire-valoir pendant tant d'années.

Chantal 23/02/2015 13:37

Je suis triste, en colère, ac vous. Pendant un temps, on accepte des paroles, des jugements, des critiques parce que l'on aime -d'amitié, d'amour- et puis arrive un moment où ce n'est plus possible. Nos ami.e.s ne sont pas là pour nous détruire mais pour nous accompagner dans nos choix et même s'il y a parfois incompréhension, désapprobation, être présent.e.s tout simplement.
Je suis surprise qu'au lieu de parler d'elle -de ce qu'elle peut ressentir- elle vous dit que vous êtes pénible pour votre famille, pour Chéri. Je crois que si elle avait dit qu'elle regrettait de moins vous voir, que votre amitié est très importante pour elle, cela serait plus honnête que de se cacher derrière ce que vos proches pourraient penser et vous l'auriez compris.
Je précise qu'il m'est arrivé de penser au burn out pour vous. Je pense que vous êtes sensée, très bien entourée -notamment par Chéri- et je suis en partie rassurée de savoir que vous mettez une limite (fin 2015) à votre intégration dans la Firme.
Et puis, ne pas oublier que nos priorités changent tout au long de notre vie, vie amoureuse, vie familiale, vie professionnelle. Je comprends que vous alliez voir vos parents, votre père qui vieillit.
Il est vrai qu'en amitié, nous n'avons pas les mêmes attentes. Néanmoins, l'ami.e doit comprendre, s'adapter.
Je m'arrête car je dois partir travailler.
Je vous embrasse et pense bien à vous.

imaginer 23/02/2015 14:28

Merci Chantal. C'est exactement ça, d'autres amies ou copines m'ont dit que le temps leur semble long, je leur ai dit que je le sais, que dans quelques mois on se retrouvera.Avec mes amies, on parle, on se dit ce qu'on ressent, même si c'est négatif.
Me reprocher mon comportement, me dire qu'elle est peinée, je l'accepte, parler de mes parents, de mon frère, de Chéri, je n'accepte pas. Moi je peux critiquer ma famille, mais personne d'autre:-)

Karin 23/02/2015 13:03

Si tu commences à devoir justifier ta façon d'être à ton amie, c'est qu'elle n'est déjà plus ton amie, c'est-à-dire une personne qui t'accepte comme tu es et qui t'aime comme tu es.
Je comprends tellement ta déception. Perdre ma meilleure amie aussi il y a deux (trois) mois en arrière a été terrible, cruel, insupportable... Comme un amour perdu. J'en ai encore le coeur tordu de douleur.
A croire que même l'amitié ne souffre pas les exigences du quotidien de notre époque, avec son stress, le manque de temps, les moyens de communication si évolués que nous ne communiquons plus, ou presque, ou mal...

Ne te rends pas malade pour elle. T'avoir fait de telles remarques prouve qu'elle n'est plus digne d'être ton amie. Est-elle juste jalouse que tu te sentes mieux au jour le jour? Que tu te sois épanouie?
C'est possible, mais si c'est le cas, c'est détestable.

Je pense bien à toi... Et souhaite que cela ne t'affecte pas trop, tu n'as pas besoin de ça en ce moment.

Aujourd'hui, après avoir remis depuis plus d'une semaine, je suis décidée à écrire à M, celui qui nous a bien fait parler la semaine dernière. Il le faut, pour clarifier cette situation, pour expliquer mon silence et mon malaise énorme vis-à-vis de lui.

Je t'embrasse

imaginer 23/02/2015 14:24

Voilà, tu résumes parfaitement bien....
C'est une bonne idée d'écrire à M. Cela permet de ne pas dire des choses sous le coup de la douleur ou de la colère, de se relire, de poser, de peser ses mots. tout comme ça lui donnera à lui le temps de lire, relire, réfléchir.
Je ne sais pas si tu veux juste parler de lui et toi, ou de l'ensemble des protagonistes, mais si tu peux éviter de parler de J, ils se sont encore vus la semaine dernière et je pense qu'ils se sont dits tout ce qu'ils avaient à se dire, et essaient de renouer. Elle lui a dit ne plus vouloir entendre parler de quoi que ce soit concernant cette histoire....
J'espère que dans quelques mois, tout cela ne seront que de mauvais souvenirs.
Je t'embrasse fort.