9 juillet 2014 : un bento ?

Publié le par imaginer

9 juillet 2014 : un bento ?

Et bien non pas de bento. Pas faim, pas envie de manger........ Un pamplemousse, un yaourt, et ça ira bien......

Je commence à me sentir mieux. Pourtant la nuit de lundi à mardi j'ai dormi deux heures. Je me suis levée en même temps que Chéri qui travaillait et la journée n'a pas super bien commencé.

Je suis allée rejoindre mon amie avec qui j'avais rendez-vous à 11 heures. Je me sentais oppressée, épuisée, nauséeuse.

Je suis arrivée un peu en avance à notre rendez-vous, je ne sais pas ce qui s'est passé, je me suis assise sur un banc et les larmes se sont mises à couler.

Quand elle est arrivée, elle m'a emmenée dans un café, et j'ai laissé couler mes larmes encore et encore...... C'est une amie que je connais depuis mon arrivée à Paris, quand j'avais 20 ans, elle me connaît si bien que devant elle je n'ai aucune gêne, elle est là, dans les bons comme dans les mauvais moments. Je sais que notre amitié est bien au-delà de n'importe quel évènement.

Ca m'a fait du bien toutes ces larmes enfin sorties......

Ensuite nous nous sommes baladées, et même sommes entrées dans quelques boutiques. Chez Bompard, il y a des soldes, de vrais soldes intéressants, à 50%, alors pour la première fois de ma vie je me suis offert un beau cachemire. Un gilet noir avec les épaules en soie transparente, très élégant, tout doux, tout léger, tout chaud.....

Puis nous avons rebu un café et nous sommes quittées à 15h30.

A 16 heures j'avais rendez-vous avec JC. J'arrive à la salle, il me demande comment ça va et paf, je me remets à pleurer........

Pendant une demie-heure il m'a parlé, il est aussi bon "remotivateur" et compréhensif que prof de sport. L'un ne va pas sans l'autre je pense. Il m'a dit de boire moins de café, en ce moment c'est vrai que j'en bois bien plus que d'habitude, forcément je dors très mal alors pour tenir le coup j'enchaîne les cafés, alors je dors mal et ainsi de suite......sans compter les idées qui tourbillonnent...

Ensuite, comme la salle de cours collectif était inoccupée, il avait installé plein d'obstacles pour faire un cross-fit, m'a mis de la musique chouette et m'a dit qu'il allait m'empêcher de trop cogiter et me fatiguer pour que cette nuit je dorme parfaitement.

J'ai adoré ce circuit totalement inédit, dur comme jamais, ne me laissant pas une seconde pour réfléchir...... On a fini par du gainage, plus longtemps que d'habitude. J'ai tenu au mental, vraiment, car mon corps n'en pouvait plus, et c'était ça qu'il voulait, me redonner la gniaque !

Il est incroyable...... Il m'a encore dit qu'il est là aussi pour ça, pour que j'aille bien mentalement, pas seulement physiquement.......

Cette journée de mardi m'a fait du bien, tant de chaleur humaine reçue...... Et maintenant je me rends compte que je peux montrer mes moments de faiblesse, c'est aussi une force que de savoir reconnaître qu'on ne va pas bien non ?

Je me suis couchée à 21 heures 30, bouquiné même pas une demie-heure et j'ai dormi jusqu'à 6 heures ce matin, ne me réveillant que trois fois......

Allez, ce matin, je m'accorde deux cafés, puis je passe au thé vert:-)

Bonne journée, prenez soin de vous......

Publié dans Bentos, Sport et bilans

Commenter cet article

le-gout-des-autres 09/07/2014 14:10

Tu as eu raison, il faut avoir le courage d'oser pleurer.
(oui, oui, même pour un mec, faut du courage pour ça...)
Je me pose une question : un psy est-il plus cher, plus efficace, ou moins qu'un coache de sport ? ;-)
Et ce ne sont pas des moments de faiblesse, ce sont des moments de chagrin et il faut être un imbécile patenté pour penser qu'avoir mal, que ce soit le mal de vivre ou un autre, est une faiblesse.

imaginer 09/07/2014 14:53

Lapsus révélateur, j'ai écrit "les imbéciles" au pluriel mais "pense" au singulier, car je pensais à une personne en particulier:-)

imaginer 09/07/2014 14:48

Oui il faut du courage pour montrer ses émotions, ses failles, je suis d'accord;
tu sais, je me suis maintes fois posé la question du psy...... Pendant 30 ans j'ai camouflé les blessures causées par les agressions sexuelles alors que j'étais si petite derrière ce mur de graisse qui me tenait (je le pensais) à l'abri.
J'ai beaucoup lu, la résilience a fait son effet. J'ai fait une thérapie de groupe avec les docteurs Apfeldorfer (psychiatre comportementaliste spécialisé dans l'alimentation) qui m'a aidée énormément......
Ce blog m'a aussi aidé, à poser les mots et les maux. Qui une fois écrits, ne m'appartiennent plus complètement et pèsent infiniment moins lourds en moi.
Alors aujourd'hui, oui, le coach sportif, très fin psychologue m'est sans doute plus utile, dans le sens où il m'aide à reconnecter corps et âme......
J'ai la chance d'avoir trouvé LE coach qui me convient parfaitement, tout comme il faut trouver le bon psy, quand on se lance dans une thérapie.
Mais que ce soit pour aller voir un psy, ou pour entrer dans une salle de sport quand on pèse plus de 100 kilos comme c'était mon cas, ce sont des moments difficiles. Ouh quand j'y repense, quand j'ai sonné à la porte du doc Apfeldorfer, ou quand j'ai vu JC pour la toute première fois, cette impression de me mettre à nu, de décider de mon plein gré d'aller remuer ce qui fait mal, je suis fière et heureuse de l'avoir fait.......
Et donc pour répondre à ta question, et bien cela dépend du moment de sa vie. Pour moi en ce moment, JC est essentiel.
Parce que j'ai la chance aussi par ailleurs d'avoir Chéri qui est l'homme qui me convient et me comprend comme personne, et quelques amies si chères.....
Et je suis d'accord avec toi que seuls les imbéciles pense qu'avoir mal et être mal est une faiblesse....mais j'en connais....... qui pense que tout n'est qu'affaire de volonté. Notamment le poids...... Or on le sait, la grande majorité des obèses ne le sont pas par simple manque de volonté, mais par mal de vivre....... Bref, c'est un autre débat, et j'ai déjà eu tellement d'engueulades avec mon père à ce sujet:-(

Chantal 09/07/2014 08:07

Prendre soin de soi, pas évident lorsqu'on n'y est pas habitué, peut recouvrer des choses bien différentes, je suis contente que la journée d'hier vous ait permis de reprendre des forces en étant entourée et en vous autorisant à être en phase ac votre moi profond. Les pleurs soulagent et font sortir ce qui encombre.
Vive les ami.e.s, le sport et JC. Etre en forme physiquement ne suffit pas si le mental ne suit pas.
Je vous sens épuisée et il me semble nécessaire, autant que faire se peut, de vous ménager et vous concentrer sur vous, vos envies, vos sensations, vos sentiments... et ne pas vous obliger à quoi que ce soit par politesse ou autre raison. Préservez-vous, appréciez le bon et ne vous laissez pas envahir par le mauvais si vous n'avez pas le pouvoir de peser et/ou modifier le cours des choses. Cela s'applique aux clans naissants et aux chuchotis au travail, n'y participez pas si cela ne vous ressemble pas. La première personne avec qui vous devez être en accord est vous-même.
Je vous envoie mon soutien.

imaginer 09/07/2014 14:31

Chère Chantal,
Vous avez raison de A à Z.
Depuis deux ans, je prends soin de moi, d'abord en ayant fait un thérapie avec les docteurs Apfeldorfer et Zermati, puis en commençant à me réconcilier avec ce corps que je détestais tant.....
Puis en m'accordant des plaisirs sans culpabiliser.....
Aujourd'hui j'ai un creux, mais je sais que maintenant j'ai les outils nécessaires en moi pour le surmonter grâce aux belles rencontres de ces deux dernières années. Et grâce à ce blog et à ses lecteurs......
Des commentaires tels que le vôtre me font toujours un tel plaisir, un tel bien. merci encore !