J'ai du mal j'ai du mal

Publié le par imaginer

Du mal avec quoi ? Je ne sais pas......

Je sais juste que la colère en moi, contre moi revient.... J'ai envie de me rouler en boule dans un coin et de ne plus bouger....

Je suis heureuse, profondément heureuse de tous les changements survenus en moi, mais comme cela arrive fréquemment à beaucoup d'autres, je ne me reconnais pas, c'est diffus, cela s'infiltre en moi, je me sens comme une usurpatrice.

Pas un jour ne passe sans qu'à mon travail, ou dans mon entourage on ne me complimente. On me dit que je suis élégante, jolie, si forte d'aller au sport ainsi, si volontaire de ne pas grignoter malgré tous les chocolats offerts au bureau......

Et alors ? Si demain je pèse à nouveau 30 kilos de plus on ne me trouvera plus ni jolie, ni soignée, ni volontaire ?

Je ne suis aimable que parce que j'ai entrepris un travail sur moi ?

Mais celle que je suis vraiment ne mérite pas ces regards qu'on porte aujourd'hui sur moi ? La petite fille qui a été agressée ne méritait donc pas qu'on s'occupe d'elle ?

J'ai toujours été volontaire, oui ils en ont de la volonté et du courage ceux qui sont toujours au régime non ? Même s'ils échouent, même s'ils ne s'y prennent pas de la bonne façon, ils essaient et rien que pour cela, on devrait les aimer, les soutenir..... En général on ne devient pas obèse juste par manque de volonté contrairement à ce qu'ils croient tous quand ils nous complimentent d'avoir maigri. S'il n'était question que de volonté, les obèses seraient les plus minces de la terre. C'est autrement plus compliqué et subtil que cela, ce n'est pas à vous que je vais l'apprendre. Chacun d'entre nous a son histoire, plus ou moins lourde à porter, à digérer, mais personne n'est devenu gros pour le plaisir de se faire remarquer ou par manque de volonté.

Alors quoi ? Parce que mon enveloppe à changé, la lettre à l'intérieur a plus d'intérêt ? Que croient-ils tous ces gens qui ont réglé leurs problèmes autrement qu'en se construisant une muraille de protection de graisse ? Qu'ils peuvent nous regarder et dire tout haut ce qu'ils ont toujours pensé tout bas, que les obèses se laissent aller, heureusement toi tu t'es reprise en mains, maintenant tu fais partie des nôtres.......

Non, je serai toujours une obèse...... Tout comme un alcolique, même sobre deuis des années, est un alcolique. Ca fait partie de moi, je ne le renierai jamais...... tout comme je n'enfonce jamais des gens qui ont une addiction, quelle qu'elle soit..... Les gens que j'aime, je les aime pour eux, pas uniquement pour leur enveloppe charnelle....

Je n'arrive pas bien à discerner ce qui se passe en moi..... Peut-être est-ce une étape nécessaire...... Je ne suis pas fière de moi, je me trouve au contraire bien banale, peu digne d'intérêt.....

Pardon de me répandre ainsi. Aujourd'hui est un jour où j'ai surpris des regards dans le bus, portés sur une toute jeune fille, qui doit peser au moins 150 kilos. Ca m'a déchiré le coeur ces regards que j'ai vus. Et je suis très en colère contre moi de n'avoir pas osé aller parler à cette jeune fille qui avait l'air si malheureuse comme je l'ai été pendant des années...... Je suis en colère contre moi de n'avoir rien dit, quand j'ai vu ces mêmes regards sur moi, qui cherchaient une approbation du dégoût provoqué par cette jeune fille, qui pensaient que je ressentais la même chose qu'eux, qui n'ont pas pensé une seconde que moi aussi je suis une obèse.

Il y a encore tant à faire pour expliquer aux gens qu'être gros n'est pas une histoire de volonté. Que ça se voit plus au premier regard qu'un autre mal-être, mais que ce dont nous avons besoin, ce n'est en aucun cas de regards jugeant sans appel......

Comment aider ? Comment réconforter ?

Publié dans De tout et de rien

Commenter cet article

Sandrine 03/03/2014 12:09

Je reste aussi toujours perplexe quand je vois mes collègues, à 50 ans passés, pouffer de rire dans le dos d'une qui a pris quelques kilos... Je les sens jouir d'allégresse lorsqu'une autre a pris un petit coup de vieux...
Plus j'avance dans ma vie, plus je m'aperçois que nous sommes dans une société qui nous dégoûte car elle juge la valeur humaine sur un état visuel et non pas sur ses actes. Et pourtant, cette société, c'est nous qui lui donnons vie.
Même mes amies proches ont des attitudes que je ne peux pas cautionner quand leurs moqueries sur des personnes ayant un physique qui ne s'ancre pas dans les diktats physiques actuels soulèvent en elles des spasmes d'hilarité. Je les trouve connes et je me prive pas de le leur faire savoir.
A notre âge... C'est pathétique. Mais quand on voit qu'autrefois les gens allaient réjouir du spectacle d'une tête qui tombait, on se rend compte qu'on ne peut pas attendre grand chose de la race humaine.
On n'a plus qu'à faire avec... =)

imaginer 05/03/2014 06:29

Oui, entrer dans une salle de sport a été une révolution pour moi....... Et il a fallu des années pour que j'ose donc on doit être nombreuses dans ce cas.....
La roue tourne et tournera, je ne perds pas de temps avec les méchants, et j'essaie de ne blesser personne. Ils se rendront compte un jour et comme tu le dis, leur univers vacillera. S'ils sont intelligents ils comprendront et se remettront en cause........ Et je parle là pour la globalité, pas juste ces jeunes gens:-)

Sandrine 04/03/2014 07:31

La moquerie dans la salle de sport... Une des plus difficile à gérer. Beaucoup de personnes se privent de ce bien être pour ça. Les ricanements sont aussi nocifs qu'une EME... quand ils ne l'entraînent pas...
Ces personnes savent-elles ce qu'elles font ? J'en doute. Leur nombril parfait leur donne la sensation d'être intouchables et dans le vrai. Pourtant ils ne le devraient pas car il y aura toujours, un jour ou l'autre, matière à rire même de ceux qui se croient au dessus du lot. Ce jour-là ils le vivront comme toute la misère du monde. Mais bien sûr, à leurs yeux, ce ne sera pas la même chose. Pour eux, ce sera vraiment injuste et plus grave car même leurs blessures se voudront d'être parfaites et au dessus de la norme... Un peu de chocolat pour apaiser vos angoisses, jeunes hommes ? ;)

imaginer 04/03/2014 06:45

C'est vrai ce que tu dis là....... Nous, nous sommes particulièrement sensibles aux regards, aux ricanements sur le poids, mais ça s'applique à toutes les différences.
J'ai des collègues qui chaque matin passent au rayon laser de leur regard moqueur la façon dont les autres sont habillés.
A la salle de sport j'ai déjà raconté comment des jeunes hommes ont bien ri parce que je deviens écarlate et transpire de la tête quand je fais des efforts, et pourtant, ils n'en font pas autant que moi, mais eux, restent impeccables dans leur jolie tenue de sport à la mode alors que moi j'ai un caleçon et un tee-shirt Décathlon......
Ta conclusion est malheureusement toujours d'actualité:-(

Danièle 26/02/2014 22:13

Je crois que ce sont les mêmes maux qui m'ont fait manger un paquet de 600 g de bonbons hier soir...
La première fois que j'ai perdu 24 kilos je ne me reconnaissais plus (kilos perdus trop vite, avec un régime hyperprotéiné). Et le fait que d'autres personnes s'intéressent à moi (enfin ?) me mettait très mal à l'aise. Car au final, j'avais juste l'impression d'être "un bout de viande". Ma personnalité ne compte donc pas ?
Il y avait aussi ce décalage entre l'image que je me faisais,et l'image que me renvoyait les vitrines devant lesquelles je passais et l'ombre qui se formait devant moi... qui était cette personne ?

imaginer 28/02/2014 07:03

Je sais qu'on en passe toutes par là........ Et que c'est là, juste en cette période qu'on risque de regrossir....... C'est en tout cas ce qui m'est toujours arrivé jusqu'ici et que je refuse de toutes mes forces; Cette fois je veux aller au bout du chemin et ne pas revenir en arrière. JAMAIS.
Compliqué et douloureux mais il faut en passer par là......

mllelili 26/02/2014 10:25

J'arrive un peu après la bataille j'ai lu tes réponses aux commentaires.
J'ai une question qui m'est venue en les lisant, est ce que quand tu était plus grosses tu ne recevais pas aussi des compliments peut être différents (je pense surtout aux domaines pro dont tu parles) et si c'était le cas est ce que tu ne les entendais pas ou est ce que ce qui te gêne aujourd'hui c'est l'évolution des compliments vers quelque chose qui peut sembler plus superficiel?

Je me demande si le travail qui reste à faire ne tient pas dans ces mots "je serais toujours une obèse". Parce que non tu seras "imaginer" ( j'ai un doute sur ton prénom ça craint :)), comme tu l'étais avec les kilos en plus. "Imaginer" qui souffrait d'obésité. C'est très différent il me semble et l'évolution de la perception peut aussi influer sur ton ressenti aujourd'hui.

imaginer 28/02/2014 06:59

Tu m'as fait rire avec le prénom. Je m'appelle Claude.
Ton commentaire m'a fait réfléchir et en effet, j'avais des compliments même en étant grosse, mais je ne les écoutais ni ne voulais les entendre......
Aujourd'hui en fait j'ai un peu de mal à savoir celle que je suis. Celle qui soigne son physique, forcément dans le but de le faire remarquer, ou celle d'avant qui ne fait qu'harmoniser son physique en fonction de son évolution mentale........ Ce constat est en tout cas difficile à assimiler....

heure-bleue 26/02/2014 10:06

Déjà exprimer ta colère contre le regard des autres..Tu sais, on est humain, trop humain et on juge sans savoir, qui n'a pas regardé d'un sale œil un ivrogne bruyant dans la rue...

imaginer 28/02/2014 06:55

C'est vrai j'ai sans doute déjà regardé certaines personnes de travers et eu des pensées "automatiques" pas très gentilles, sans même m'en rendre compte........Les ai-je laissées transparaître ? J'espère n'avoir blessé personne sans même m'en rendre compte mais peut-être est-ce arrivé en effet....

imaginer 26/02/2014 07:00

Merci pour vos commentaires, vos éclairages différents. Ca m'a fait du bien. Ca m'a fait du bien aussi d'écrire cet article, qui est sorti tout seul, en quelques minutes. Une fois posés les mots et les émotions pèsent moins lourds en moi.
Je sais que je suis trop dans l'empathie, et plus je maigris, plus c'est flagrant. Plus je me libère de cette protection que j'avais construite autour de moi, plus j'absorbe et suis sensible.
Chéri me dit souvent que je ne peux pas venir en aide à tout le monde, pas porter toute la misère sur mes épaules, ni me sentir concernée par toutes les tristesses.
Il a raison tout comme vous. Je sais que je dois me blinder un peu, mais j'ai bien peur qu'il ne soit trop tard pour cela, je suis au contraire de plus en plus perméable aux évènements. Dommage collatéral de l'amincissement.....sourire.
Je sens que je suis à une période charnière, je m'approche de la dizaine des 7 et cela me fait peur. Mais c'est aussi ce que je veux depuis le début, me montrer telle que je suis, ne plus me réfugier derrière les kilos.
Alors je vais continuer à avancer. Et accepter ma sensibilité, même si par moment elle devient sensiblerie......
Vous avez raison, je ne dois plus me sentir éclaboussée du jugement des autres. Et puis, c'est la règle du jeu, nous sommes jugés par le regard, notre apparence physique est ce que nous offrons en premier au regard des autres. S'ils essaient d'aller plus loin tant mieux, s'ils en restent à un jugement superficiel tant pis.
Cet incident d'hier a révélé que je suis encore bien peu sûre de moi et de ce que je projette......
Mais il me fera avancer, comme le reste.
Merci de vos commentaires, qui me réconfortent, me font avancer.
Je vais continuer plus que jamais à essayer d'atteindre tout simplement l'apaisement. Me sentir en accord de ce que je deviens, corps et âme ne faisant qu'un.
Accepter les compliments snas forcément y voir un sous-entendu disant que si je redeviens grosse on ne m'aimera pus.......
Je suis dans un moment un peu confus, tout remonte en surface, tout se mélange, alors je vais me reconcentrer sur la respiration, les sensations corporelles du moment. Accepter les émotions négatives.... Et vous en parler quand vraiment ça a besoin d'exploser.
Merci encore d'être là.

imaginer 28/02/2014 06:53

Merci.......beaucoup.......vraiment beaucoup......je me trouve si moche en ce moment......

nadoche 27/02/2014 10:57

je serai toujours là car tu es une trop belle personne .....cqfd

coucou 25/02/2014 22:03

Quel beau post sorti de tes tripes... La réponse à ta question selon moi c'est "être soi" quelque soit "l'enveloppe charnelle" derrière laquelle on se cache ou les étiquettes qu'on nous colle ETRE SOI c'est immensément difficile. Toi, en maigrissant tu es restée toi? OUI, donc c'est l'essentiel

Cicciotella 25/02/2014 21:00

Je comprends ta colère.
Je comprends combien la "justice" que ton entourage te rend te paraît amère et expéditrice, fondée sur des apparences, et ainsi donc dangereuse, puisqu'il suffira donc, peut-on penser, que l'on cesse de se conformer à ces apparences, à ces codes pour qu'on nous dénie à nouveau tout ce qu'on nous accorde généreusement aujourd'hui?

Tu me fais réfléchir à ce qui ne cesse de me faire regrossir, chaque fois que je perds un kilo, je fais des EME. Je ne suis pas sûre d'avoir envie d'être si mince. Quand j'étais descendue à 77 kg, il n'y pas si longtemps que ça, finalement, je me souviens que j'avais eu envie quelques avances... et qu'au lieu de me faire plaisir, ça m'a mise en colère quand je pense à tout ce que la gent masculine m'a fait vivre avant cela. Je ne voyais pas sur quels mérites supplémentaires la Cicciotella moins grosse plaisait davantage que la Cicciotella de 100 kg devant laquelle ces messieurs soient riaient sous cape, soit qu'ils fuyaient comme la peste ou mentionnaient avec empressement qu'ils étaient mariés à la moindre gentille parole, comme si être une grosse signifiait qu'on était morte de faim pour tout !
Il faudrait que je me détache de cette colère, et ensuite des jugements... justes, erronés, fondés ou non sur des apparences, les rendre à leurs émetteurs sans m'en sentir éclaboussée. Toi aussi, cela t'aiderait à être en paix avec ton propre changement qui, après tout, est fait pour toi et non pas pour eux...
Quant à cette fille de 150 kg, il est certain qu'elle souffre de toute cette bêtise, de ce rejet... mais elle est certainement assez intelligente pour savoir que cela ne dénonce que l'imbécilité de ses juges ; peut-être sait-elle qu'il faut qu'elle dissocie ce qu'on pense d'elle, et qui est injuste, de ce qu'elle est.

imaginer 26/02/2014 07:03

Sans aucun doute révélateur...... Il m'arrive souvent en ce moment de faire des lapsus...... C'est ça aussi qui me fait m'introspecter........ il faut en passer par là pour harmoniser corps et têtes, envies profondes que nous masquons parfois sous les EME........

Cicciotella 25/02/2014 21:01

Bizarre cette faute de frappe : "j'avais eu envie quelques avances"
Lapsus révélateur ???

En tout cas la bonne version est : j'avais reçu quelques avances

Julie 25/02/2014 15:43

Bonjour,

je ne saurai répondre à votre question car je rencontre le même type de problèmes ou plutôt d'envie de venir en aide lorsque la souffrance d'autrui ou la perception d'une souffrance me rappelle quelque chose de déjà vécue. Il est vrai que dans ces cas on se sent bien souvent impuissant, c'est comme un besoin de réparation.

Bonne continuation,
Julie

nadoche 25/02/2014 15:05

je crois que la petite fille en toi est encore meurtrie au-delà de ce que tu peux concevoir, et je ne sais pas quoi te dire d'autre, à part que j'ai commencé ma psychanalyse corporelle, et que je sais que je vais continuer, pour atténuer la douleur de la petite fille en moi, car mon présent en souffre trop, et cela ne peut être autrement ...
j'ai découvert un endroit où je peux être sincère et vraie, et c'est déjà pour moi un trésor
je suis à tes côtés et je te serre dans mes bras...

V. 25/02/2014 13:31

Tu as trop d'empathie. Je ne sais pas si ça existe. Tu es une éponge prête à absorber toutes les souffrances, y compris celles que tu ignores, celles d'inconnus...
Il arrivera un moment où tu dépasseras tes craintes et ira vers ceux que tu sens rejetés. Ils te feront partager leur souffrance (ou pas), mais tu ne la porteras pas, elle ne t'impactera pas.
C'est sérieux la vie, mais tout n'est qu'un jeu. On doit essayer de vivre à fond avec le plus de recul possible.
Tu as raison, peu importe l'enveloppe corporelle. Mais ne l'oublions pas, c'est un tout et ça fait partie de nous.