Des mots......des maux.........

Publié le par imaginer

Je croyais.....je le croyais vraiment sincèrement......avoir gagné un peu en assurance. Hier s'est passée une toute petite chose qui m'a montré le contraire, j'ai encore beaucoup à travailler pour être un peu plus sûre de moi, de mon image.

Je vous raconte.

Hier Chéri travaillait le matin, je devais aller le chercher à la sortie de son boulot.

J'attendais le métro sur le quai, il y avait pas mal de monde. Je portais une des robes que j'aime bien, un peu au-dessus du genou, dans laquelle je me sens bien. J'avais un joli foulard assorti, un manteau que j'aime, un beau sac à main, je me trouvais pas trop mal.

Un homme est passé derrière moi sur le quai du métro, s'est penché et m'a dit "elle a de gros mollets la dame". Puis il a continué le long du quai. J'étais estomaquée dans un premier temps. Le métro arrive, je monte dedans, je m'assieds et là, sans même que je m'en rende compte, les larmes me montent aux yeux, je me sentais moche et grosse, j'aurais voulu me recroqueviller jusqu'à disparaître........

Pendant le trajet en métro je me suis vraiment sentie moins que rien.

J'ai rejoint Chéri, lui ai raconté. Il m'a assuré que non, bien au contraire, mes jambes s'affinent de semaine en semaine. En plus la veille avec JC nous avons fait une séance de muscu, avec pas mal d'exercices pour affiner les mollets, les cuisses, les bras.......

 

Et JC m'a dit que mes jambes et mes bras sont maintenant vraiment bien. Tout le monde me fait des compliments de mes nouvelles robes, du fait que je m'assume et me montre plus, et pourtant quelques mots d'un homme à moitié ivre dès 11 heures du matin me mettent par terre. Quand j'étais dans le métro j'ai envoyé un SMS à une amie qui m'a suivie tout le long de ma perte de poids, qui me conseille quand j'essaie des vêtements, qui est très honnête sur ce qui me va ou ne me va pas, et qui m'a déjà vue avec cette robe et a adoré.

Alors pourquoi est-ce que quelques mots négatifs d'un inconnu me touchent si profondément ? Cela montre bien à quel point je suis encore fragile et peu sûre de moi.

Heureusement, en revanche j'en ai fini avec les EME qui il y a encore un an ou deux m'auraient fait manger immédiatement, me disant que je suis bien mieux derrière mon mur de protection de 30 kilos de graisse.

Non, heureusement, ça, c'est terminé, je ne tombe plus dans ce mécanisme infernal.

N'empêche que plus de 24 heures après j'y pense encore et éprouve le besoin de l'écrire......

Ensuite hier après-midi, nous avons passé plus d'une heure dans une boutique pour hommes, Chéri essayait des manteaux et pantalons. Je me suis donc vue à de nombreuses reprises dans les glaces de cette boutique, et non, je ne me suis pas trouvée monstrueuse, et je n'ai pas trouvé mes mollets si gros.

Je ne veux plus me laisser ainsi atteindre, me remettre toujours moi en cause, m'en vouloir toujours à moi de ce que disent ou font les autres, JE NE VEUX PLUS culpabiliser et m'en vouloir de ce que je suis. Ce petit épisode a fait remonter en moi des souvenirs douloureux où ma colère était tournée vers moi au lieu d'être tournée contre ceux qui m'attaquaient.

En plus cet homme a sûrement dit cela sans même y penser....... N'empêche, faisons toujours attention à ce que nous disons. Moi j'essaie toujours de dire les choses délicatement, je ne sais que trop le pouvoir destructeur des mots.......

 

 

 

Des mots......des maux.........

A part cela, après avoir acheté manteau et pantalon à Chéri nous nous sommes baladés, et découvert une pâtisserie dont la vitrine était tellement belle que nous y sommes entrés. On nous y a gracieusement fait goûter des macarons à tomber par terre, et nous nous sommes laissés tenter par deux gâteaux praliné, j'aime tellement le praliné. Un Paris-Brest et un millefeuille praliné. Nous les avons dégustés hier soir. Dans chaque petit chou du Paris-Brest se cachait une noisette.... Le mille-feuille était une tuerie !

Avant de déguster ces gâteaux, Chéri avait envie de nous faire des cheese-burgers maison. Bon, on a acheté les petits pains tout faits (pas exceptionnels d'ailleurs). De la viande hâchée minute par le boucher, des tomates, oignon cru, salade verte, cheddar, cornichons (juste pour Chéri, je n'en suis pas fana), sauce samouraï. Et pommes de terres sautées à l'ail.

Quel repas mes amis:-)

Des mots......des maux.........
Des mots......des maux.........

Ce matin, j'ai couru 6 kilomètres à la salle. Nous sommes allés au ciné, et là, nous attendons des amis pour le goûter.......

Ce matin je n'ai pas mangé, je préfère courir à jeun. Ce midi avant le ciné, un oeuf au plat, une tranche de saumon fumé, de la salade verte, une orange.

Pour le goûter je pense que je vais juste boire un thé, enfin en tout cas là je n'ai pas faim.

Ce soir, ce sera une assiette de soupe et je ne sais pas quoi d'autre, on verra sur le moment.......

Bonne fin de dimanche......

Publié dans De tout et de rien

Commenter cet article

V. 25/11/2013 09:25

Je ne sais pas quoi dire face à cette mésaventure. Avec mon physique attypique et mon prénom que personne ne comprends, j'en ai reçu des mots négatifs. D'ailleurs je me demande si mon poids n'a pas servi à me blinder.

Peut être faut-il dissocier les attaques gratuites émanant d'inconnus (et dans le cas présent plein d'alcool), les mots négatifs de personnes mal intentionnées, du reste.

En effet ça t'a touché. Et je pense que tu es ainsi, sensible, et il faut l'accepter. Mais je n'ai pas l'impression que tu aies été touchée profondément. Certes pendant le trajet tu étais mal, mais l'image que t'ont renvoyée les miroirs pendant les essayages de Chéri n'a pas été négative.
Tu penses à ces mots désagréables, c'est normal, mais sans plus. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire que tu travailles là dessus comme tu le dis.

imaginer 26/11/2013 06:58

Bien sûr que le poids sert à se blinder....... Ce que je voudrais, c'est être forte même sans ce poids......
Ca oui je suis sensible, de plus en plus, sensible à la moindre souffrance des autres, Chéri pourrait vous raconter 1000 anecdotes......
Maintenant je commence à accepter que cette sensibilité c'est moi aussi, que je dois faire avec, et que je peux montrer mes émotions.....
Mais là où tu as raison c'est que sur le coup je me suis sentie atteinte, mais après, je me suis regardée, essayant d'être objective, je vois bien que je ne suis pas super fine et ce n'est pas mon gabarit et ce n'est pas grave, mais je ne suis pas si mal que ça.
Je ne détonne pas par ma grosseur, de même que je ne détonne pas par ma minceur. J'arrive à me fondre dans la norme et ça me va.....
Il faut juste que j'arrive à prendre sans qu'ils m'atteignent profondément les mots négatifs. Après tout, on plaît, on ne plaît pas....... Là-dessus je suis comme tout le monde...... L'essentiel est que je sois en accord avec moi et que j'envoie une image apaisée......
Ca va venir, ce genre de petit incident fait partie du chemin.
Et toi, comment s'est passé le week-end ? Une jolie balade avec un peu de courses ?

Cicciotella 24/11/2013 21:41

Magnifiques repas que tu nous relates-là ! Ce que je t'envie le plus, c'est cette capacité à comprendre quand ça suffit. Aujourd'hui, j'ai beaucoup mangé parce que je n'ai pratiquement pas réussi à déterminer si j'avais faim ou pas. Mon fils étant affamé également, j'ai eu tendance à hésiter à dire que c'était de l'EME, même si ça en avait l'air (on est sur de mauvaises nouvelles).

Je comprends tout à fait ton désarroi devant la mésaventure qui t'est arrivée. Connaissant ton parcours et ayant eu en partie le même, je sais la difficulté qu'on a à se voir, le désamour-propre qu'on a longtemps cultivé, aidées en cela par l'attitude peu amène du tout-venant, mais aussi un entourage qui aurait peut-être, par affection ou politesse, tendance à nous ménager, si bien que leurs compliments même sincères paraissent toujours un peu suspects.
Pourtant, la situation est quand même différente : tu as vraiment beaucoup maigri, tu sais que des vêtements plus courts et plus prêts du corps peuvent t'aller, tu as repris confiance en toi.
Il y a juste que les abrutis complexés eux-mêmes existent toujours et qu'ils ne supportent pas que les gens aillent bien. Tu as dû dégager quelque chose de cette confiance en toi-même, tu es une femme dans la rue et tu ne trembles pas, et ça, certains hommes le prennent comme un droit de te cracher à la figure, histoire de te rappeler qu'il faut compter avec leur jugement.

J'ai déjà été insultée dans la rue, à l'âge de 18 ans, par deux jeunes gens en voiture qui chantonnaient "Boudin, boudin" ; et ce qui m'a longtemps perturbée, c'est que je faisais 61 kg pour 1,74 m, que je savais que j'avais un joli minois et que je ne comprenais pas du tout pourquoi mes 4 kgs de trop (ainsi me jugeai-je) méritaient à ce point qu'on dénonce mon cas publiquement.
Non, aujourd'hui, je pense que j'avais l'air trop sûre de moi, avec mes livres sous le bras, toute contente d'avoir minci pour ma rentrée en Lettres Sup' et ça devait crier vengeance pour le misogyne limité (hou, le pléonasme !).

imaginer 26/11/2013 06:49

Ah oui ça es règles pendant des années, la semaine précédente je dévorais ! Depuis quelques mois ça se régule, mais c'est une période en effet différente, toutes mes copines me disent qu'elles mangent plus aussi les deux-trois jours avant......
Depuis quelques temps tu avances vers une bonne compréhension de ton appétit, de tes émotions, alors que tu aies eu une EME ce week-end, ce n'est pas grave, ça fait partie du processus....
C'est fou ça qu'on soit si perméable au regard des autres. J'essaie maintenant de me regarder objectivement, nue devant la glace comme le conseille le doc apfeldorfer. Je vois les muscles qui apparaissent, la taille qui se dessine etc...... Mais un regard négatif et paf;......
Ceci dit, ce genre de petits épisodes va me rendre plus forte je suis sûre.
Prends soin de toi, de ta maman, de ton fils.
Gros bisous.

Cicciotella 25/11/2013 21:23

Oui, j'étais mince (et non pas très, très mince), les photos que je VOIS enfin avec des yeux qui voient, sont formelles. Je ne comprends même plus comment j'ai pu ne pas le voir.
Je n'aurais jamais dû m'infliger ces claques morales, me refuser le droit de penser que je pouvais sincèrement plaire telle que j'étais et encore moins d'enchaîner tous ces régimes tous plus aberrants les uns que les autres dans l'espoir d'arriver à 56 kg !

Merci pour ton éclairage ! C'est vrai que, quand on a vraiment faim, il n'y a guère d’ambiguïté ! :o) Je l'oublie (mais j'ai la mémoire sélective, en pleine EME). Aujourd'hui, j'ai mes règles et c'est un éclairage de plus : j'ai toujours très envie de manger entre les repas la veille et le jour même d'icelles !... :o/

Je comprends que tu sois toujours très sensible au regard d'autrui ; peut-être que, comme moi, quand on n'est très longtemps pas arrivé à se voir soi-même (avec les yeux de l'amour, les seuls qui savent ce qu'il nous faut), on compte trop sur les autres pour nous dire comment ils nous perçoivent ; et là, tout est fonction des bonnes et mauvaises rencontres...

imaginer 25/11/2013 07:07

Si tu n'arrives pas à déterminer s tu as faim ou pas, c'est je pense, que tu n'as pas réellement faim. Car la vraie bonne faim se manifeste par des symptômes physiques qui ne nécessitent pas de réfléchir...... Gargouillis, tête un eu cotonneuse, estomac qui tire etc...... Et si en plus tu venais de recevoir de mauvaises nouvelles, c'est plus simple de se dire qu'on a faim et de compenser.......
Ceci dit, rien de grave à cela, même les AZ disent que l'on a parfois besoin de réconfort et qu'il faut alors manger sans culpabiliser, après tu attends simplement que la vraie faim revienne, mais si sur le coup cela t'apaise, ce n'est pas grave.......
Ton mot "désamour-propre" me plaît particulièrement, c'est tout à fait cela..... N'empêche que j'en tire un enseignement en voyant à quel point je suis encore sensible aux regards et à l'opinion que les autres peuvent avoir de moi. A quel point je me réduis juste à mon aspect extérieur, comme si je ne faisais pas un tout corps et âme et que n'importe qui peut se permettre de me juger en un quart de seconde......
Je vais me pencher là-dessus......
Dis-donc tu étais très très mince. Je suis plus petite que toi, 1m70 et quand je pesais 63 kilos (le moins que j'ai pesé à l'adolescence), j'étais mince........

Cicciotella 24/11/2013 21:42

Oups, plein de fautes, notamment "prêts du corps" au lieu de "près du corps". Désolée !!! Je cours me coucher.